Séjours à prix réduits

Nous avons trouvé le meilleur prix en ligne

Vous voulez économiser sur vos vacances?

Voici la solution

LE VOYAGE DE L’ESPRIT

Les plus beaux voyages, aux plus beaux paysages. Les plus grands voyages, aux plus grands passages.

沖縄、毒島 (Okinawa, gare au poison!)

Il est temps de mettre le pied sur la dernière grande île japonaise que je n’avais pas encore

Retour #7 : Severobaïkalsk

Tout comme Tynda, la raison d’être de Severobaïkalsk est la ligne de chemin de fer BAM (Magistrale Amour Baïkal) et la petite ville a été construite dans les années 70 à partir de rien. L’urbanisme est caractéristique des villes nouvelles de l’époque avec de très larges avenues bordées de verdure formant un plan géométrique, une place centrale avec le bâtiment de l’administration locale, le palais du peuple, une galerie commerciale et un grand parc arboré juste derrière.

DSC_1978

Contrairement à Tynda, on a l’impression que la ville a été entretenue. Les aires de jeux pour enfants sont quasi neuves et la ville est assez propre. Autour du centre, des constructions plus récentes ont fleuri, toutes habillées de tôle colorée pour les toitures comme pour les murs.

La gare est un bâtiment assez inhabituel, fait de brique et de béton peint avec un immense toit en forme de vague.

Une grande passerelle aux marches irrégulières traverse les voies vers le Lac Baïkal. Il se met à pleuvoir. Nous tournons le dos à la ville et nous prenons la passerelle pour nous diriger vers l’hôtel qui se trouve un peu à l’écart de la ville, près de la route qui longe le lac. Les trains de fret sont garés les uns à côté des autres : toujours du bois, mais aussi des wagons citernes et du minerai apparemment.

 

Severobaïkalsk est un grand centre ferroviaire et de grands bâtiments de maintenance se trouvent également un peu plus loin. Sur l’autre rive, le lac et les montagnes enneigées. Nous prenons un petit chemin de terre qui longe la route jusqu’à l’hôtel. Tout semble désert et nous nous demandons si l’hôtel est encore ouvert à cette saison. Heureusement, une jeune femme nous a vu arriver et nous ouvre la porte. Nous sommes les seuls clients. Une fois de plus. A l’étage, notre chambre donne sur le lac et on aperçoit sur le côté la voie de chemin de fer que nous venons de prendre avec ses tunnels. En contrebas, une caserne qui semble être celle de l’unité de marine en charge du Lac Baïkal. Des militaires marchent au pas à l’intérieur des palissades garnies de fils barbelés. A l’entrée, deux soldats sont occupés à repeindre en noir une chicane.

Un peu plus loin, une jetée avec quelques pêcheurs. La plage est déserte et l’eau du lac est déjà bien froide. Il n’y aura pas de baignade, surtout que la température extérieure n’excède pas les dix degrés. Nous dînons dans un café qui surplombe la plage. Au-dessus de nous, il y a une fête et de nombreux invités passent, déguisés, certains avec de fausses armes, l’un avec une vraie Kalachnikov… on ne connaîtra pas le thème de la soirée ! Tout comme à Tynda ou Komsomolsk, nous finissons par comprendre que tous ces vastes hôtels, cafés et restaurants à l’écart des villes dans lesquels nous avons toujours l’impression d’être les seuls clients sont en fait destinés en premier lieu aux anniversaires, aux mariages ou autres fêtes qui doivent faire partie des rares divertissements des habitants. La soirée se terminera par un feu d’artifice qui nous tirera de notre sommeil aux alentours de minuit.

Le lendemain, le lever de soleil sur le lac Baïkal est splendide.

Puis, après un copieux petit déjeuner local  : 3 œufs au plat par personne, avec des sauccisses, tomates et concombres, et accompagnés d’un peu de pain et de petits croissants fourrés, nous longeons les rives du Lac Baïkal sur un petit sentier surplombant la plage. Les nuages ont fait un peu de place au soleil qui révèle les plus belles couleurs des arbres sur le fond gris bleu de la vaste étendue d’eau.

La grande plage de Severobaïkalsk est fréquentée par quelques pêcheurs et de rares promeneurs. Un belvédère permet d’admirer la vue vers le sud du lac avec une péninsule sur laquelle ont été construites des petites maisons.

Nous reprenons la passerelle vers la ville cette fois-ci. Une fois déposés nos bagages à la consigne de la gare, nous nous dirigeons vers le centre de la ville. Le centre commercial ressemble à ceux qu’on trouve dans d’autres villes : une grande halle dans laquelle se trouvent des petits magasins. Du côté de l’alimentation, ce sont des stands de vendeurs indépendants qui proposent chacun leurs produits (parfois les mêmes que ceux des voisins) et on a parfois du mal à savoir s’il s’agit d’une épicerie, d’une boulangerie, d’une crémerie ou d’une charcuterie tellement les produits sont mélangés. Après un petit pique-nique à l’aire de jeux au milieu des jeunes qui rentrent de leurs cours, nous visitons rapidement la petite église pimpante et entourée de parterre de fleurs bien entretenus.

Plus loin, un tout petit musée expose outre la faune et la flore du Lac Baïkal, quelques objets et documents de la BAM et une salle sur la Bouratie (la région dans laquelle nous nous trouvons) et ses habitants historiques qui ressemblent beaucoup aux nomades de Mongolie. La fierté locale semble être une otarie artiste peintre.

DSC_1977

Le départ de notre train approche et nous devons rejoindre la gare en faisant à nouveau un petit tour par les magasins pour nous approvisionner en nouilles instantanées et purée en poudre, le menu typique du voyage en Transsibérien.

 

Jour 11: en route pour Bryce Canyon

[Mme Monkey raconte]

Une traversée sur la Scenic Drive 12 pour atteindre Bryce Canyon et une chasse aux trésors dans le parc de Bryce Canyon peuvent résumer efficacement la journée. En même temps, il s’agit d’une journée bien remplie. On vous dit tout !

La National Scenic Byway 12

P1120298

J’ai hâte de partir sur à l’aventure sur la route 12, qualifiée  de « merveille » par le Routard qui évoque « un panorama grandiose » et « spectaculaire ».

A travers la Dixie National Forest, c’est vrai que les paysages changent et ce sont d’abord des forêts de pins qu’on parcourt. C’est plutôt dépaysant après nos centaines de kilomètres sur des routes désertique. Il y a même un relais organisé (long relais en pente !) et on rigole du côté culturel américain où les voitures sont tagguées de mots d’encouragements.

Quelques passages sont impressionnants, et j’aime les lacets qu’on voit au loin. Nous n’avons pas eu le temps d’explorer les recoins de la National Scenic Byway 12, mais je suis contente d’y être passée.

Bryce Canyon

Les vues de Bryce Canyon, en particulier de son amphithéâtre, sont spectaculaires. Ses hoodoos, sculptés par l’eau, le vent et le temps, semblent s’étendre à perte de vue. Avec un peu d’imagination et d’observation, on peut même déceler des figures de sirènes ou d’animaux en haut de ces longues cheminées de couleurs orange-rouge.

P1120350

Queens Garden Trail + Navavo Loop

Nous déjeunons sur l’aire de parking de Bryce Canyon et nous savons que demain, nous avons toute la journée pour explorer le parc. Donc nous n’envisageons pas de longues randonnées (3 heures maximum).

Nous optons pour la Queens Garden Trail + Navavo Loop, longue de 3 miles. C’est une des randonnées les plus populaires du parc (il y a donc un peu de monde, mais nous n’en avons pas vu trop), et fait partie de mes randonnées préférées du voyage.  On part de Sunrise Point, et en descendant aux pieds des hoodoos, on se balade entre les différents pics et les sapins.

Les paysages sont variés et tous impressionnants. En continuant sur Queens Garden Trail, on aperçoit la Reine Victoria:

Le retour vers Sunset Point à travers le chemin appelé « Wall Street » nous fait remonter une pente en lacets  et longer de longs pans de pierre. C’est impressionnant, car on se suit un peu à la queue leu leu sur une pente un peu raide.

 

Pour la petite histoire, avant le départ et en regardant le journal édité par le parc, nous apprenons que pour inciter les visiteurs à faire les randonnées, une « chasse aux trésors » est organisée : il s’agit de prouver qu’on a bien marché 3 miles en trouvant au moins 3 panneaux disséminés sur chacun des trails du parc et en prenant la photographie de ces 3 panneaux – avec nous dessus – pour pouvoir les montrer au Centre d’accueil (« Visitor Centor ») et remporter un petit cadeau. Je ne sais pas ce qui a résonné le plus en nous entre « chasse aux trésors », « jeux » ou « cadeau » mais nous décidons évidemment d’y participer ! D’autant plus que sur le Queens Garden Trail + Navajo loop, il devrait y avoir 2 panneaux-repères !

Et bien il s’est avéré que nous en avons manqué un des fameux panneaux ! Ce qui nous a incité à faire toutes les promenades qui vont suivre.

 

Rim Trail

En remontant, nous décidons de refaire la ballade du rim trail entre sunset point et sunrise point, en espérant qu’il y aura un des panneaux repères pour la chasse aux trésors. Mais non, le panneau n’est pas situé dans cette portion-là (petit spoiler pour les personnes qui souhaitaient faire la chasse aux trésors).

Nous décidons de continuer le chemin, pour découvrir le parc, et peut-être retrouver 2 panneaux. La ballade s’avère plus longue que prévue mais beaucoup plus sympa que je ne le pensais, et beaucoup moins fréquentée. On s’éloigne un peu de l’amphithéâtre et on découvre le parc sous un autre jour, avec des couleurs différentes. Les hoodoos qu’on croise le long de la côte sont tout aussi spectaculaires !

C’est sur la rim trail qu’on découvrira le 2ème panneau-repère pour la chasse aux trésors :)

 

Fin de la chasse aux trésors

Il nous reste un panneau repère à découvrir, et même si nous on revient demain matin, nous aimerions bien pouvoir présenter les photos avant la fermeture du Visitor Centor. En revanche, dans les randonées encore « faisables », il nous n’en reste pas beaucoup.

Qu’à cela ne tienne, finalement, on a refait le début la boucle de Queens Garden afin de retrouver le panneau-repère (je sais, on est un peu fous). En tout cas, on aura au moins marché 3 miles ! Et en exclusivité, voici les photos souvenirs et le cadeau qu’on a reçu, après tant d’efforts. Je l’ai gardé en souvenir de cette superbe journée ainsi :

Conseils

  • Faire la chasse aux trésors: participer à la chasse aux trésors était assez ludique et c’est vrai qu’elle a réussi à nous inciter à marcher plus que nous ne le pensions. Avec M. Platypus, elle nous a bien amusés et je recommanderai de la faire aussi !
  • Une journée à Bryce Canyon pourrait suffire: autant nous avons manqué de temps dans certains parcs comme Canyonland ou Arches, autant nous avons eu le sentiment que nous aurions pu prévoir une seule journée à Bryce Canyon étant donné que nous ne comptions pas faire les grandes randonnées de 5 heures de marche. A vous de voir ! Néanmoins, c’est un parc super et ne le manquez pas.

 

L’hébergement – Bryce Pioneer Village 2 étoiles (129,4$/nuit y compris taxes)

Nous nous retrouvons devant un petit chalet, plutôt propre, où il y a de l’espace. C’est en revanche peut-être l’hébergement que j’ai le mois apprécié de notre séjour car les chambres sont très mal insonorisées. Nous entendions tout ce que nos voisins disaient et les programmes télé qu’ils regardaient. Et le soir, je pouvais même les entendre ronfler ! Au final, je ne conseillerais pas forcément.

 

Les adresses testées :

  • Dîner à Tropic : Bryce Pioneer Village restaurant

Autant je garde un souvenir mitigé de l’hébergement, autant le restaurant de l’hôtel est plutôt de bonne qualité. Il y a un chanteur en live (je ne sais jamais comment me comporter, si  on doit applaudir ou non ?) et sinon, la terrasse est plutôt agréable. Il est plutôt recommandé de venir tôt, car le restaurant semble assez populaire.

Je recommande les sticks de mozarella. M. Platypus est ravi de la viande, bien tendre, qu’il a commandée tandis que j’essaie les pâtes Alfredo. Je ne suis pas une adepte de cette sauce bien crémeuse mais je dois reconnaître que les pâtes sont plutôt bonnes.

dav