Séjours à prix réduits

Nous avons trouvé le meilleur prix en ligne

Vous voulez économiser sur vos vacances?

Voici la solution

3 semaines de vadrouille au Japon

Et voilà, c’est toujours le break entre mes deux semestres et après Tokyo il est temps de s’attaquer à d’autres parties du Japon !

Au programme: 

  • Hiroshima
  • Miyajima
  • Okayama
  • Kobe
  • Himeji
  • Osaka
  • Minoh
  • Kyoto et sa région

Premier arrêt dans le sud du Japon :

Après plusieurs jours de planification, le grand jour du départ est enfin arrivé ! Je voyage luxueusement en shinkansen de Nagoya à Hiroshima (cher, mais bon, tellement pratique et rapide !).

En soit, je ne recommande pas vraiment Hiroshima pour les touristes de passage, la ville est assez éloignée des autres centres d’intérêts du Japon, même si l’île de Miyjima à côté vaut vraiment le détour, à faire si vous êtes vraiment féru d’Histoire et de nature.

Je commence par le parc du mémorial pour la paix, où se situe le fameux musée du même nom. Le parc en lui-même n’est pas exceptionnel en hiver si ce n’est les « monuments » et autres mémoriaux qu’il contient.

P1070325

Le musée quand à lui vaut le détour, très bien documenté (et avec des explications en anglais), les témoignages sont poignants, de même que l’envie de la ville de sensibiliser les visiteurs sur les dangers du nucléaire avec un important message de paix.

C’est ensuite le fameux dôme de Genbaku que l’on trouve sur l’autre rive, unique vestige et trace de la bombe atomique. Ce dôme est l’un des seuls bâtiments à avoir survécu et à être encore visible aujourd’hui alors qu’il se trouvait à seulement quelques centaines de mètres de l’hypocentre lorsque la bombe a explosé.

Juste à côté du dôme l’Hiroshima Orizuru Tower qui offre une vue sympathique sur la ville mais qui ne vaut pas le coup vu le prix … Heureusement pour moi je suis tombée sur un jour où ils faisaient moitié prix (même si ça reste dans les 700yen).

P1070338

Ensuite direction le château un peu plus au nord. Celui-ci a bien évidemment du être reconstruit à de nombreuses reprises, il possède un musée et une vue mais rien d’exceptionnel.

C’est le milieu de l’après midi et j’ai déjà fini ce que j’avais prévu de voir à Hiroshima … Alors que je suis arrivée à 11h le matin. J’aurai pu passer plus de temps au musée au final. J’essaye de trouver de quoi m’occuper avant de rentrer à l’auberge; et là bonne surprise : le parc Shukkei-en. Ma passion pour les parcs et jardins japonais est toujours aussi grande et est ravie par celui-ci.

Encore un peu de dôme de nuit avec une ambiance assez inquiétante et fantasmagorique:

En bref : un peu déçue d’Hiroshima, je pensais naivement qu’il y aurait plus de choses à voir et à faire. Cependant j’ai énormément apprécié le musée, le dôme et le jardin !

Second jour : la magnifique île d’Itsukushima dite Miyajima.

Tram puis ferry, environ 1h de trajet depuis Hiroshima pour rejoindre la fameuse île sacrée connue comme étant l’une des plus belles vues du Japon. Il est apparemment interdit d’y naître, d’y mourir ou d’y couper les arbres.

Je commence par le Senjo-Kaku et sa pagode de cinq étages un peu en hauteur et impressionnant: tout est en bois avec des poutres et autres éléments imposants avec de nombreuses peintures

En contrebas on tombe directement sur l’Itsukushima-Jinja, le grand sanctuaire de l’île et son fameux torri restauré en 1870.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quand on s’enfonce un peu plus dans l’île, on tombe sur un grand temple : le Daisho-In qui contiendrait plus de 500 statues de toutes tailles et représentations. Ce temple est mignon et moins fréquenté des touristes comme un peu éloigné. Certaines statues sont tout simplement adorables !

C’est aussi un des départs pour monter au Mont Misen. Il fait un peu frais avec un vent pas très agréable mais le soleil est bien présent, alors on y go pour 1h30 de marche avec bien sûr que des escaliers (non je n’exagère pas) et une surprise dont je me serai bien passée…

Heureusement aucun serpent n’a montré le bout de sa queue sur le chemin ! Et malgré l’effort et la souffle qu’il faut pour escalader toutes ses marches, la vue en vaut la peine !

Petite pause au sommet donc pour profiter de la vue et « déjeuner » sur le pouce. Cependant le vent fort, l’arrivée de nuages et de quelques flocons viennent gâcher le plaisir et je redescends donc (beaucoup plus rapidement que je ne suis montée sur un chemin avec des escaliers mais moins qu’à l’aller). Je passe par le parc Momijidani que je remarque à peine car tous les arbres semblent « morts » et que l’hiver ne lui rend pas hommage.

En bref : très belle île, un peu bondée sur les principaux lieux touristiques, notamment le torii, mais des petites perles quand on s’éloigne un peu et une randonnée avec une vue incroyable au Mont Misen (en été par contre, la montée doit être plus rude et moins « agréable »).

Entre Hiroshima et Kobe : Okayama

Comme j’ai le temps et que la ville est sur ma route, j’ai décidé d’y faire une étape et de voir l’un des trois plus beaux jardins du Japon : le Koraku-en. En plus la ville est connue pour la légende de Momotaro, l’enfant trouvé par une femme dans une pêche géante (Ah ces Japonais).

Je commence par le château d’Okayama tout de noir et d’or vêtu. Et bien c’est sympa de faire le tour et de le voir de l’extérieur mais ça ne vaut pas la peine de payer pour visiter l’intérieur qui est neuf, transformé en musée, mais sans aucune explication en anglais et une vue au sommet pas exceptionnelle …

Puis c’est le jardin japonais ! Il est très grand et vraiment bien entretenu, mais … je m’attendais à plus … Encore une fois, l’hiver n’aide pas vraiment … Pourtant le point positif des jardins japonais c’est que même en hiver ils sont beaux car ils n’ont pas de fleurs et leurs arbres restent souvent les mêmes toute l’année (exception des érables, cerisiers et autres). Heureusement je suis tombée sur le jour où ils brûlaient les étendues d’herbes (apparemment pour signifier la fin de l’hiver, du moins c’est ce que j’ai cru comprendre), ce qui fait que le jardin était assez bondé (dommage pour le zen et la quiétude).

 

En bref : Okayama n’est pas une ville touristique, exceptée pour son jardin et son château. A faire au printemps ou en automne (même en été), mais éviter l’hiver, pour une demie journée.

Quelques jours à Kobe :

En arrivant en fin de journée après Okayama, je me concentre sur l’Ouest de la ville avec le parc Egeyama sur les hauteurs de la ville, qui offrirait une belle vue et une belle escapade dans son parc. Et bien, effectivement la montée est pas mal, et même un peu ardue suivant les endroits, cela fait découvrir un quartier résidentiel assez sympa. Mais la vue au sommet est obstruée par des arbres (alors qu’on est en hiver) et le parc en lui-même n’est que peu éclairé, ce qui lui donne un air lugubre. (Il a fallu que j’escalade une aire de jeu pour avoir une photo un peu dégagée) :

Le lendemain, je commence par un temple à côté de l’auberge et un parc où je prends mon petit déj (merci 7 eleven) avant de marcher jusqu’au quartier chinois de Kobe. Ce quartier, Nankinmachi, est assez restreint, mais très coloré avec une ambiance agréable, surtout de nuit avec toutes les lumières (même si bizarrement il était quasi désert à ce moment là).

 

Je passe par le port de Kobe et sa fameuse tour rouge (partie Est), agréable promenade au soleil :

Ensuite remontée vers la gare de Kobe et ses rues commerçantes pleine de vie pour se rendre au sanctuaire Ikuta, charmant et assez calme comparé au tumulte environnant :

Je monte encore un peu pour visiter le quartier de Kitano où on peut voir des maisons de style occidental ayant appartenues à des commerçants étrangers. Cependant le prix est complètement rédhibitoire pour les visiter et certaines sont en travaux. Mais la montée et certaines maisons restent très belles, mais cachées et difficile à prendre en photo, tout comme le petit temple de Kitano au sommet de la colline qui offre une vue sur la ville de Kobe.

P1070814

Et pour finir, « randonnée » jusqu’au jardin aromatique sur les hauteurs de la ville. Pas forcément très bien indiqué quand on ne prend pas le téléphérique, il faut passer par la gare Shinkansen pour avoir un plan et quelques informations à propos du chemin à prendre. Cette promenade permet de voir les cascades de Nunobiki qui seraient apparemment parmi les plus belles du pays (…) Le chemin n’est pas forcément très bien entretenu suivant les endroits mais offrent des points de vue intéressants.

Puis j’arrive au jardin aromatique, qui bien sûr en hiver perd quasiment tout son attrait, sauf pour la vue qui reste vraiment belle sur le port de Kobe et l’aéroport :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jour d’après, je pars en excursion pour Himeji. Avec son très célèbre château d’un blanc immaculé, en bois et très grand, c’est un château au Japon qui vaut vraiment le détour. Il s’agit d’un des derniers en bois de l’archipel (avec celui d’Inuyama à côté de Nagoya !).

Ce que j’ai beaucoup apprécié avec ce château c’est la balade que l’on peut effectuer dans l’enceinte du château et notamment dans un bâtiment autour des remparts qui retrace l’histoire du château avec de belles vues sur celui-ci.

Malheureusement l’intérieur et ses six étages, très bien préservés avec de superbes poutres, est quasiment totalement vide, ce qui fait que le principe de la visite est d’être à la queuleuleu pour monter les étages, prendre une photo du sommet et redescendre (en essayant de ne pas tomber car les escaliers sont très étroits, ni de se prendre le plafond car il est « un peu » bas).

Une dernière vue sur ce très beau château avant de continuer la visite d’Himeji (oui je suis très fière de cette photo qui mérite donc d’être seule et majestueuse) :

P1070910

Le parc Koko-en (à acheter en billet combiné avec le château pour que le prix soit complètement rentable), n’est apparemment pas souvent ajouté par les touristes qui ne s’arrêtent qu’au château avant de repartir. Ce qui est vraiment dommage car ce parc est juste à côté et avec ces 9 jardins d’ambiance différentes (qui même en hiver rendent très bien, ouf) on se sent transporté dans un autre endroit, au calme (enfin je parle pour moi).

Ensuite, comme je ne suis vraiment pas pressée, je continue de me promener dans la ville et dans des quartiers plus résidentiels. Je monte sur une colline (encore des escaliers…) pour avoir une belle vue sur la ville et me faire « interviewer » par des écoliers Japonais (trop chou).

Je pousse encore de quelques kilomètres à l’Ouest pour me rendre au cimetière de Nagoyama offrant aussi une belle vue. Le chemin pour y aller est moins agréable, plus industriel et au final la vue est sympa mais j’ai préféré la précédente.

Retour à Kobe (assez long car il faut remarcher jusqu’à la gare). A mon arrivée j’en profite pour faire l’autre partie du port de Kobe, Harborland, avec ses centres commerciaux (une très large préférence pour Umie, moderne, classe et possibilité de vraiment se poser et prendre un café), sa vue sur Kobe et sa grande roue en fin de journée :

En bref : Kobe n’est pas un indispensable pour des touristes de passage, mais peut s’avérer une escapade d’une journée en provenance d’Osaka et de Kyoto. De même pour Himeji, une demie journée est suffisante et est facilement accessible depuis les grandes villes du Kansai.

Un long détour dans la ville rebelle du Japon : Osaka

Je quitte Kobe sous la pluie et décide donc de prendre mon temps pour rejoindre sa voisine Osaka en prenant un train « local » qui s’arrête à toutes les stations entre les deux villes; cela prend 1h30 (heureusement que j’ai le temps).

Après avoir déposer mes affaires à l’auberge je prends le métro direction le musée du style de vie dans l’ancien Osaka, je ne suis pas la seule à avoir eu l’idée et doit faire la queue pendant environ 20min. Le musée est sur deux étages, au dernier on peu observer une reproduction grandeur nature d’un bout de quartier de la ville, très beau et très bien aménagé, on peut entrer dans les maisons et voir ce à quoi la vie ressemblait au XIX siècle. Malheureusement pour moi, trop de monde qui veut se prendre en photo partout et aucune explication en anglais … A l’étage d’en dessus on découvre différentes maquettes de différentes périodes représentant des quartiers d’Osaka.

P1070971

Malgré la pluie je décide de continuer tout à pied et en restant au sec quand je peux grâce aux arcades commerciales couvertes ! Pour rejoindre l’Osaka Tenmangu, j’emprunte la rue couverte Tenjinbashi longue de plusieurs kilomètres :

Arrivée au temple et sous une pluie assez importante, tout ce que j’en retiens ce sont les petites fleurs qui commencent à éclore :

P1070984

Première journée complète à Osaka, le soleil est de retour ! Direction America Mura, petit quartier d’inspiration américaine (on y trouve une statue de la liberté !), avec des cafés et petits magasins proposant des looks urbains, jeunes et vintages, mais aussi comme toujours des grands magasins sur plusieurs étages.

Puis je me dirige vers Namba, le quartier vivant et divertissant d’Osaka. Pour cela j’emprunte encore une fois des arcades couvertes et au détour de celles-ci on trouve de longues rues absolument photogéniques !

Enfin Dotonbori s’offre à nous avec son people (et oui on est dimanche…) avec ses magasins, restaurants, bars, salles de jeux (pachinko).

Au détour de ses rues pleine de monde, quand on s’éloigne un peu, on tombe sur un petit temple avec une statue recouverte de mousse, tout simplement adorable et calme (ça fait du bien).

P1080012

Les hauteurs de Namba Parks sont ensuite au programme. En haut de ce centre commercial on découvre une promenade agréable et une belle vue sur le quartier de Namba :

Petit détour à Yasaka jinja, le temple du lion, connu pour son gigantesque bâtiment en forme de tête de lion (japonais bien sûr)

P1080025

Retour à Denden Town et Otaku Road, j’y avais déjà été la première fois et cette fois-ci je ne fais que passer rapidement (en plus j’y suis trop tôt, la plupart des boutiques sont encore fermées…). Paradis des fana d’électroniques et de manga, ce quartier vaut le coup d’oeil !

Je continue vers le sud pour Shinsekai (le nouveau monde d’Osaka). Avec sa tour et ses petites rues bondées de restaurants et de monde, cela donne une impression de fouillis. De manière générale, les habitants d’Osaka sont plus « rudes » et « impolis » que dans les autres villes (ou en tout cas c’est mon impression), ils sont également plus vivants et expressifs (c’est un avantage !).

A quelques pas de là, dans le quartier Tennoji, se trouve un petit jardin : le Keitaku-en, il est mignon et vu son prix dérisoire permet de faire le chemin entre Shinsekai et Shitennoji tout en ayant une vue sur la tour Abeno Harukas dont la vue de loin suffit.

Puis Shitenno-ji, un ensemble de bâtiments, reconstruits, mais qui aurait été bâti avant l’arrivée du Bouddhisme au Japon, ce qui en fait un des plus vieux ensembles de temples de l’archipel.

Promenade dans le quartier avant de retourner à Dotonbori de jour et de nuit !

Troisième jour : L’Est de la Ville et promenade à Minoh ! Retour au château d’Osaka et surtout dans son parc dont je fais le tour en large et en travers pour avoir différentes vues sur le château, mais aussi et surtout pour profiter du jardin des pruniers dont certaines fleurs commencent déjà à éclore.

Et maintenant quelques fleurs !

Je longe la rivière qui dans quelques mois sera remplie de sakura en fleur, mais pour le moment ce sont juste des arbres morts… Je continue vers la gare d’Umeda pour prendre un train direction Minoh et son parc !

Le trajet en train est rapide et la balade sympathique (certains endroits sont fermés à cause du typhon, mais des chemins alternatifs sont possibles, ouf). J’ai même le droit à une mini tempête de neige à quelques endroits de la promenade, puis du grand soleil ! A la fin de la balade, une cascade (une vraie cette fois-ci) avec un beau pont rouge et des bancs attendent les voyageurs pour une petite pause contemplation :

Il est temps de rentrer car la météo s’est bien rafraîchie ! Je m’arrête à Station City et un peu de shopping ! Je trouve un magasin vendant des « goods » Ghibli et y flâne un petit peu puis dans un autre bâtiment une librairie avec quelques livres en anglais (enfin vraiment pas beaucoup) puis le Pokémon Center d’Osaka (bien sûr plus petit que celui de Tokyo), et comme la Saint Valentin approche, un festival sur le chocolat où je peux picorer quelques gourmandises !

P1080177

Dernier jour à Osaka. Je commence la journée par une longue marche pour descendre jusqu’à Sumiyoshi Taisha, un ancien sanctuaire, grand et peu fréquenté par les touristes (de par sa localisation excentrée, mais accessible avec les transports). On est d’abord accueilli par un pont absolument magnifique avant d’entrer dans l’ensemble de bâtiments composant le sanctuaire.

Une des particularités de cet endroit est que l’on peut chercher des pierres possédant trois symboles différents et que si on les trouve ils aident à nous porter chance et bonheur.

Après je me rends toujours à pied dans la baie d’Osaka et plus particulièrement à la Cosmo Tower. Le chemin est long et le quartier pas vraiment agréable à traverser … Et au final cela c’est avéré inutile car, pour une raison inconnue, il était impossible de monter en haut de la tour le jour où j’y suis allée… Je suis bien déçue car les presque 10km n’étaient que pour avoir la vue depuis cette tour qui apparemment est époustouflante…

En bref : Osaka est une belle étape qui offre un visage connu du Japon mais plus vivant et moins stricte, en plus il est possible de faire différentes journées que ce soit à Kobe, Himeji, Nara ou Koya (le dernier sera visité en août).

10 jours à Kyoto !!!!!!!

Premier aprèm: Le temps de faire le trajet entre les deux villes (toujours en train local) et de poser mes affaires à l’auberge, je suis opérationnelle à 11h. Comme je loge au sud de la gare de Kyoto, je décide de commencer par le Sud de la ville.

Je me promène tranquillement jusqu’au temple Tofuku-ji et son jardin sec. L’ensemble de bâtiments se traverse par des jardins et ponts absolument adorables, le tout de façon paisible (quasiment personne) et avec une luminosité parfaite !

Ce jardin sec se déroule sur les 4 côtés du pavillon avec dans chacun une atmosphère différente et toujours se désire de reproduire la nature dans leur paysage.

Je continue à pieds jusqu’au sanctuaire de Fushimi Inari. C’est un quartier résidentiel très sympathique, tranquille et facile qui relie les deux :

P1080256

Il y a « légèrement » plus de people au temple Inari (et pourtant on est mercredi !). Je commence la montée sous les centaines de torii rouges, c’est impressionnant et vraiment beau ! Mais le monde gâche un peu l’expérience, ça se pousse et se bouscule pour monter et descendre…

J’en profite pour faire la balade jusqu’en haut du mont Inara, pensant qu’il devrait y avoir une belle vue du sommet. En fait, LA vue (car en haut il n’y en a pas) est à mi chemin juste avant que le chemin se sépare en deux :

Mais la montée m’a permis d’être quand même un peu plus tranquille et même seule à certains moment (ce qui fait du bien et permet de prendre de belles photos !)

Je remonte un peu plus au nord pour faire le temple Sanjusangen. Ce temple tout en longueur est apparemment le temple en bois le plus long de l’île nippone.

L’intérieur quand à lui, interdit de photographier, se compose de 1001 statues bouddhiques, assez impressionnant avec une odeur d’encens présente mais pas pesante.

Puis petite promenade autour de la gare et montée dans la Kyoto Tower pour avoir une vue à 360° de la ville !

Deuxième jour le sud sud de Kyoto : C’est parti pour le Daigoji, un ensemble de temples très calme dans le Sud Est de la ville. Il y a plusieurs moyens d’accès (même si ce n’est clairement pas l’endroit le plus simple à visiter à Kyoto), j’ai opté pour le bus à l’aller : environ 30min dans de petites rues étroites avec un bus qui en impose et des voitures (et bus) en contresens, mais les Japonais gèrent ça d’une main de maître ! Arrivée au temple assez tôt et je suis quasiment seule, l’ambiance est vraiment calme, zen et agréable !

Premier temple : Sanboin, absolument magnifique, surtout le jardin qui est parfaitement  agencé !

Le temple Garan est également très sympathique : une petite marche permet de découvrir différents bâtiments, temples ainsi qu’une très belle pagode et un jardin avec étang,pont et autres.

Le dernier ensemble Daigoji est simplement un bâtiment moderne avec une grande salle et des pièces exposées comme dans un musée (ça m’a moins attiré).

Direction le métro puis le train pour Uji ! Deuxième plus grande ville de la préfecture à quelques dizaines de minutes en train de Kyoto, Uji est célèbre pour son temple en forme de phoenix, le Byodo-in. Autre ambiance, après le calme de Daigoji je me retrouve avec beaucoup de touristes, Japonais, Coréens et Chinois … L’entrée permet d’avoir accès aux alentours du temple (mais pas de rentrer dedans) et à un petit musée. J’ai eu un peu de mal à voir la ressemblance avec le phoenix mais la beauté architecturale est là, sans aucun doute !

Puis légère balade dans les environs du temple et de la rivière mais quasiment tout est en travaux …

Retour à Kyoto, rapide déjeuner à la gare et on repart visiter les alentours !

Je commence par le jardin Shosei-en, qui doit être magnifique à une autre période de l’année, car en travaux et sans eau dans son étang quand je l’ai visité … Ce qui n’empêche pas le jardin d’être beau et intéressant mais gâche un peu le charme. Un des bâtiments ressemble au casque porté par les samouraïs :

Je continue avec Nishi Hongan-ji, le frère de Higashi Hongan-ji juste en face de la gare. Ce temple est très vaste mais assez tranquille. Je me suis fait interviewée par une étudiante japonaise sur ce que je pensais de la ville de Kyoto et si j’étais au courant des inconvenus que le tourisme pouvait apporter à ses habitants, on a discuté environ 15min mais cela était très intéressant de voir les avantages et méfaits du tourisme sur une ville comme Kyoto.

Je termine juste au sud de la gare avec le To-ji. En fait je ne fais que passer autour car l’entrée est assez cher … Et depuis l’extérieur on a une assez bonne vue sur les différents temples et la pagode :

Arashiyama, Sagano et Takao pour cette troisième journée ! Et pour commencer un peu de transport (train) pour aller à l’Ouest de Kyoto. Je commence par me promener un peu et aller jusqu’au pont Togetsu et ensuite commencer les choses sérieuses avec le temple Tenryu-ji. Absolument magnifique ! Il faut payer deux fois, une première fois pour faire le « temple » ou du moins pouvoir aller voir les intérieurs, et une deuxième fois pour faire les jardins. Le « temple » consiste en une succession de petits bâtiments que l’on rejoint en extérieur et les intérieurs sont mignons mais on ne peut pas réellement entrer.

Le jardin quand à lui est exquis, avec son étang, ses rochers, cailloux, son petit promontoire, ses allées, et un petit bout de bambouseraie qui annonce l’un des lieux cultes d’Arashiyama.

La visite se poursuit donc naturellement dans cette fameuse bambouseraie ! Forcément ce n’est pas aussi beau que ce qu’on peut imaginer car il y a des touristes partout, mais la balade est sympathique et c’est gratuit ! (Par contre n’essayer pas de prendre une photo sans personne dessus, c’est quasi impossible ou alors il faut être trèèèès patient)

Je me dirige ensuite vers un parc beaucoup moins connu et fréquenté : Kameyama koen, juste à la lisière de la bambouseraie. Le parc est en pente et d’en haut on peut avoir une vue sur Kyoto, mais qui est obscurcie par les arbres (oui même en hiver sans feuille). Par contre on a également une vue sur la vallée de l’autre côté et ça ça c’est beau !

P1080503

Juste à côté se trouve l’Okochi Sanso, une villa privée avec un « jardin » ayant appartenu à une star de cinéma japonais. Cet homme a passé une partie de sa vie (et surtout de son argent) à reproduire l’esprit d’un adorable et vaste jardin japonais avec ses maisons de thé et autres bâtiments. L’entrée est cher mais comprend une dégustation de thé et une carte postale (c’est toujours ça de pris). Bref, le plus important est l’immense jardin (les bâtiments ne se visitent pas), le parcours est fléché et permet de suivre un itinéraire nous emmenant dans différents jardins avec différentes vues :

Fatiguée de tout se monde qui se presse et se bouscule, je décide de me « perdre » un petit peu dans le quartier de Sagano et de flâner dans les rues. Je passe devant différents temples : Jojakko-ji et Nison-in, mais sans y entrer car quand on additionne les prix de chaque temple ça commence à faire beaucoup pour une seule journée et j’ai encore beaucoup de choses que je préfère voir aujourd’hui ! Donc je continue dans ma foulée au temple Gio-ji, tout petit temple (tellement petit que je me suis concentrée sur le jardin et n’ai même pas compris que le bâtiment que j’avais vu était en fait le temple…). La particularité de cet endroit est son jardin en mousse (et le fait qu’on peut couplet l’entrée avec le Daikaku-ji est économiser quelques centaines de yen !)

Après ce temple, je me suis vraiment retrouvée seule (sans compter une équipe de tournage qui filmait des plans des rues des alentours). C’était vraiment plaisant et calme, avec des rues vraiment typiques.

En continuant encore un peu au nord, on tombe sur un temple au 8000 statues bouddhiques : Adashino Nenbutsu-ji. Temple intéressant mais un peu cher pour ce qu’il est car malheureusement quand j’y étais sa bambouseraie (qui est absolument adorable et sans personne comparée à celle d’Arashiyama) était en travaux … J’ai quand même pu profiter du calme et de toutes les statues :

Je redescends vers l’ancienne résidence secondaire des empereurs, le Daikaku-ji, perdu en plein milieu du quartier de Sagano Arashiyama. Pour cela, je commence vraiment à être dans la campagne, aux portes de Kyoto et c’est vraiment géniale ! Pas un chat, que des locaux, des petites rues, de belles maisons traditionnelles, des un peu plus abimées, des modernes, des champs … Bref le véritable environnement japonais !

Après une vingtaine de minutes de marche, j’arrive au Daikaku-ji qui se compose de différents pavillons et jardins. L’ensemble est plutôt grand et j’ai beaucoup aimé la balade pieds nus sur les planches en bois craquantes et les différentes vues offertes !

Comme le Mont Takao n’est pas très loin de ce quartier j’ai décidé d’aller y faire un tour et pour cela petite marche jusqu’à l’arrêt de bus à environ 4km en passant par cette bele campagne avec au loin le centre de Kyoto :

P1080586

J’ai de la chance le bus arrive quelques minutes après moi (sinon il aurait fallu attendre entre 45min et 1h …), la route est petite et sinueuse et les arrêts pas très bien indiqués, heureusement un Japonais descend au même arrêt que moi. Il faut ensuite descendre dans la vallée pour ensuite remonter et accéder aux trois différents temples : Jingo-ji, Saimyo-ji et Kozan-ji. Je commence par le premier, le plus grand et impressionnant. Il faut monter pas mal de marches pour y accéder (Nooooon) mais les bâtiments sont sympa, non restaurés (ou en tout cas pas depuis un certain nombre d’années) et on a une belle vue sur la vallée.

Je saute Saimyo-ji pour me rendre au dernier le Kozan-ji, que je pensais gratuit mais en fait est presque plus cher que les deux autres réunis … J’arrive tout de même à voler quelques clichés (avant qu’enfin on vienne m’accueillir et m’annonce le prix).

Je reprends le bus pour retourner à Kyoto et vois que celui-ci s’arrête près du Kitano Tenman-gu, un temple dédié au succès des études et en règle générale à l’éducation, avec également de nombreux cerisiers japonais et pruniers. Autant y faire un tour !

Comme il est 16h passés, les temples vont commencer à fermer mais il est encore tôt, donc je décide de rentrer à pied, c’est parti pour 7km à travers des rues et quartiers pas du tout touristiques, mais c’est également une forme de tourisme !

Le centre de Kyoto : En ce quatrième jour, je m’attaque à la partie centrale de la ville. Au départ je voulais passer la journée autour du Lac Biwa, mais à cause d’un accident sur les rails je me suis retrouvée coincée dans une gare avant d’atteindre ma destination … Retour à Kyoto avec deux heures de perdues et donc je fais au plus simple avec le centre ville.

Il est presque midi quand j’arrive au château de Nijo (j’ai marché depuis la gare). Et c’est une belle surprise, on me l’avait plutôt déconseillé mais j’ai trouvé qu’au contraire cela valait la peine. La première partie de la visite consiste dans les intérieurs du palais Ninomaru, on ne peut pas prendre de photos mais les murs peints sont vraiment beaux et la visite, bien qu’un peu bondée, est plaisante. Ensuite le tour continue en extérieur avec les différents jardins entourant la propriété.

Ensuite de nouveau petite marche jusqu’au Palais Impérial. Bon j’avoue que cette fois-ci effectivement, toute la marche et le parc ne vaut pas le coup. Tout est gratuit mais je n’ai pu que faire le palais, pour les jardins Sento il faut « réserver » sur certains créneaux dans la journée et il n’y en a pas beaucoup… On ne peut pas rentrer dans le palais impérial, seuls les extérieurs sont accessibles, ils sont pas mal, mais bon dispensable.

Je continue par l’Heian-jingu, mais comme le jardin est surtout connu pour ces cerisiers tombant, je reste juste à l’extérieur et en profite pour rejoindre le quartier de Gion en suivant la rivière Shirakawa.

Et petite balade entourée de beaucoup de touristes en ce samedi dans le fameux quartier des geishas.

Pour rentrer je longe la rivière Kamogawa, petite balade ensoleillé avec des des locaux bien agréable.

Un dimanche autour du Lac Biwa ! (Enfin) : J’arrive enfin à me rendre à Hikone, à environ 70km de Kyoto pour visiter la région du lac Biwa !! Le trajet en train se déroule sans incident cette fois-ci, je suis la seule occidentale dans le train et pareil dans la ville, il y a quelques touristes mais surtout asiatiques, je n’ai croisé qu’un ou deux occidentaux. Hikone est connu pour son château et son jardin. On sent qu’on est plus au Nord, il y a quelques restes de neige et les températures ont chuté de plusieurs degrés comparé à Kyoto. Je commence par le Genkyu-en, le jardin hors de l’enceinte du château, à ce moment là il fait plutôt gris, le vent est de la partie et du coup je n’apprécie que moyennement la visite …

Le temps de faire le tour du château, le soleil commence à pointer le bout de son nez. De là, on trouve plusieurs points de vue au fur et à mesure de la montée vers le château. On ne peut pas le visiter, mais une espèce de tour de garde est accessible qui donne un point de vue sympa sur les alentours.

Je redescends du château et décide de me promener un peu dans la ville, pour cela je commence par la rue Yume Kyobashi Castle avec ses beaux bâtiments construits suivant le style de l’ère Edo. Il y a pas mal de touristes recherchant nourriture et souvenirs.

Puis je continue vers le nord de la ville et le lac Biwa en lui-même que j’ai envie de voir de plus près. Pour cela, je traverse rues et quartiers pas du tout touristiques mais je commence à avoir l’habitude et c’est plutôt agréable. J’arrive sur la « plage » d’Hikone, qui ne donne pas envie mais la vue par contre …

Une fois que cela est fait, je retourne à la gare direction la petite ville d’Azuchi ! C’est vraiment perdu dans la campagne, les rues sont minuscules mais le soleil est définitivement de retour et ça fait du bien ! Je vais un peu plus à l’Est de la ville pour aller sur une colline où se trouvent les ruines d’un château et où la vue est apparemment très belle sur la région et le lac.

C’est pas la porte d’à côté en fait et la montée vers les ruines est comme d’habitude remplie d’escaliers … Mais effectivement la vue est belle (pas sûr cependant que ça vaille les 700yens que j’ai dû payer pour « entrer » dans le domaine).

Ensuite je me dirige vers Omihachiman la ville voisine, mais dont le centre est quand même à plus de 6km de là où je suis et bien sûr comme chemin c’est le bord de la route avec les voitures juste à côté… Le trajet est un peu long mais la vue est pas mal et ça change clairement de l’ambiance des grandes villes.

Dans le centre de la ville il y a quelques canaux, tout est assez petit et mignon et il y a un peu de monde !

Mon but est de me rendre en haut de la montagne pour avoir une autre vue sur la région. Les panneaux sont un peu confus et des pancartes ont été ajoutées en Japonais disant que la route est « dangereuse » … Pas grave, au pire je ferai demi-tour mais je n’ai pas fait tout ce chemin pour ne pas essayer ! Effectivement le chemin est boueux et glissant à cause des restes de neige et on patauge un peu mais rien de grave. Par contre il y a quelques intersections et sans plan c’est un peu compliqué de se diriger et d’être sûr d’aller dans la bonne direction … Après environ 20-30min de montée, ouf j’arrive au sommet, et la vue est absolument magnifique !!

Je redescends, prends un autre chemin histoire de varier les plaisirs et faire une petite autre partie de la ville et hop je vais à la gare qui se situe à plus de 2km avec un arrêt au Mcdo (pause bien méritée) et retour à Kyoto à la tombée de la nuit.

En cette nouvelle semaine, je m’attaque au quartier d’Higashiyama ! C’est définitivement un de mes quartiers préférés, il y a tellement de choses à voir, et même si les touristes sont partout il suffit de s’éloigner un peu pour se retrouver au calme. Mais avant tout il faut déjà s’y rendre et depuis mon auberge ça fait une petite promenade de 4km pour commencer la le temple Kiyomizu-dera. Il y a pas mal de touristes, mais je ne rentre pas à proprement parler dans le complexe car le pavillon principal avec sa plateforme sont en travaux. Je fais juste le tour, en espérant que cet été les travaux seront finis. Pareil pour le Tainai Meguri, une promenade pieds nus dans le noir qui est apparemment sympathique, je la garde aussi pour cet été.

Ensuite ce sont les fameuses rues Ninen et Sannen-zaka, très prisées par les touristes, elles sont absolument adorables, petites, pavées avec plein de petits commerces et de superbes vues :

Mais la plus belle rue de Kyoto se situe un peu plus en contrebas et n’est pas vraiment indiquée, donc très calme et sans touriste ! Il s’agit d’Ishibei-Koji, cette allée qu’on ne peut pas prendre en photo (j’ai quand même volé un cliché) est vraiment magnifique, avec des maisons traditionnelles et un agencement parfait.

P1080914

Je repasse par le temple Yasaka-Jinja et le parc Maruyama où débute la petite balade que j’ai prévu pour aller au temple Shogunzuka et avoir une vue apparemment très sympa sur Kyoto. La promenade n’est pas très physique, le chemin est assez facile, ça monte mais graduellement.

P1080920

Arrivée au sommet, il y a une petite vue discrète depuis un parking qui est pas mal mais la meilleure reste bien évidemment celle depuis le temple et ses deux plateformes d’observation :

De plus les jardins de ce temple sont très mignons.

P1080938

Je redescends par un autre chemin qui amène pas très loin du temple Shoren-in.

P1080942

Mais je ne visite pas ce temple, que je garde pour cet été, à la place je vais dans le temple juste à côté : Chion-in, qui est gratuit (sauf pour les jardins mais pareil, ce sera pour cet été). Le complexe est très grand mais beaucoup de bâtiments sont en travaux donc j’en fais le tour assez rapidement.

Ensuite je me rends un peu plus à l’Est dans le complexe Nanzen-ji pour visiter le petit temple Tenju-an et son magnifique jardin.

 

 

 

 

 

 

Puis je remonte vers le Nord en prenant le chemin de la philosophie. La promenade le long d’une petite rivière et les arbres est vraiment agréable, calme et peu fréquentée (du moins quand j’y étais).

P1080977

Je m’arrête dans un petit temple où la balade pour aller au Mont Daimonji commence. Très calme et un peu excentré, il est attenant à un cimetière.

Puis c’est parti pour une nouvelle grimpette dans les montagnes. Cette fois-ci j’ai un peu plus de mal, la montée n’est pas très agréable mais la vue … Clairement une des meilleures que j’ai pu voir pour le moment sur Kyoto !!

La descente arrive à côté du temple Ginkaku-ji, très bel endroit entre ses différents bâtiments et son jardin. C’est également l’occasion de retrouver beaucoup beaucoup de touristes après avoir été tranquille durant la balade. Le choc est assez impressionnant.

Puis il faut redescendre au Sud, c’est assez long à pied mais je repasse par le chemin de la philosophie, le temple Heian-jingu pour me poser et prendre un café dans le sud du parc du Palais Impérial (pause bien méritée). Ensuite je prends la petite allée Pontocho qui est absolument délicieuse où j’ai même la chance d’apercevoir une Geisha allant de restaurants en restaurants.

 

Petite balade dans le Nord de Kyoto et ses montagnes : Je décide de faire « un peu » plus cool pour les prochains jours, car je commence à fatiguer et surtout j’ai fait les principaux centres d’attraction que je souhaitais. Donc aujourd’hui je pars plus tard que d’habitude, vers 11h direction Kibune au Nord de Kyoto. Pour cela je prends le métro puis un bus, le trajet dure plus d’une heure. Le bus nous amène à l’entrée de la route du village mais il faudrait prendre un autre bus pour les 2km restant pour arriver vraiment au village … Et bien 2km à pied pour commencer ! J’arrive en même temps qu’un bus de touristes chinois (…) mais arrive à les doubler avant d’arriver au petit temple de Kifune, qui n’est pas vraiment indispensable.

Le véritable intérêt de ce village est la promenade qui le relie au temple de Kurama-dera. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai un peu souffert lors de la montée, donc je n’ai pas trop pu en profiter … Mais sur le sentier on tombe sur différents petits sanctuaires qui permettent de faire une petite pause et de reprendre des forces.

On arrive ensuite au temple de Kurama-dera et ses différents bâtiments.

Puis commence la descente vers le village de Kurama avec des escaliers, ponts et temples sur le chemin :

Je retourne à l’arrêt de bus de Kibune à pied pour prendre deux bus différents et me rendre un peu plus à l’Est dans le village d’Ohara (cela a pris plus d’une heure). Ohara est un petit village de montagne très mignon où on peut admirer plusieurs temples dont les principaux sont Sanzen-in et Jakko-in. Je commence par le plus grand et le plus proche de l’arrêt de bus : Sanzen-in. Effectivement le complexe est assez vaste avec différents bâtiments et jardins pour agrémenter le tout.

Puis je vais au Jakko-in, en passant par des petites rues (j’adore) :

Ce temple est beaucoup plus petit et vaut moins la peine que le premier, si ce n’est pour la petite promenade entre les maisons et les champs qui est vraiment charmante.

Retour à Kyoto en bus pour environ 1h15.

Centre et Nord de Kyoto à pied : Aujourd’hui le temps est assez maussade et la pluie menace à tout moment. Au programme les fameuses rues couvertes du centre ville : Teramachi et Shinkyogoku. Malheureusement les magasins n’ouvrent que vers 11h et j’y suis trop tôt pour vraiment profiter de cette ambiance.

Je ne fais pas le marché Nishiki, que je me réserve pour cet été, mais observe les petits temples qui sont comme encastrés dans ses arcades commerçantes :

Et c’est parti pour une très très longue marche jusqu’au village de temples Daitoku-ji entre les gouttes d’eau. Ce complexe renferme un certain nombre de temples dont seulement 4 sont ouverts à la visite, je n’en ai fais que deux car il faut payer un droit d’entrée pour chacun d’entre eux. Je commence par le plus proche de l’entrée : Ryogen-in, très mignon et paisible (quelques touristes, beaucoup d’Occidentaux cette fois, dont la majorité sont des Français).

Puis le plus connu, Daisen-in où il est interdit de prendre des photos. Il possède différents jardins dont un en pierres absolument magnifique avec son île sacrée au milieu entourée d’une tortue et d’un crâne, sensés représenté les plus bas et le plus haut des émotions humaines.

Je continue ma « promenade » pour aller au temple Kamigamo et pour cela je m’amuse à serpenter dans les rues résidentielles de Kyoto :

Je trouve même un petit point de vue sur la ville juste à côté du temple :

P1090161

Et pour finir le temple du tonnerre, qui m’a un peu déçu (vu tous les km que j’ai avalé pour y arriver).

C’est ensuite une longue ligne droite de plus de 12km qui m’attend pour rentrer … Heureusement que j’aime marcher et découvrir les rues moins touristiques !

Dernière journée complète à Kyoto avant de rentrer à Nagoya : ça y est le séjour touche presque à sa fin et j’avoue que je commence à avoir bien fait le tour de Kyoto (après 10 jours normal). Je passe une partie de la matinée à l’auberge pour me reposer avant de me rendre au Sud Ouest de la ville au temple Yoshimine-dera, pas facile du tout d’accès. Je prends d’abord un train, puis un bus et ensuite quelques km à pied en montée pour rejoindre le temple (plus d’une heure de trajet).

Le complexe est vraiment grand autour de la montagne mais le parcours est fléché pour aider à la visite. J’avoue que je n’ai pas vraiment fait attention aux temples, j’étais trop hypnotisée par la vue offerte sur le Sud de Kyoto :

P1090187

Claire et dégagée à perte de vue !

Je retourne tranquillement à Kyoto où je me pose avec un chocolat chaud dans la gare avec vue sur les trains et le sud de la ville.

En bref : 10 jours à Kyoto c’est beaucoup, mais ça permet d’en faire vraiment le tour et surtout d’en profiter pour aller dans des endroits moins touristiques où on ne se sent pas oppressé par les touristes ce qui rend l’expérience vraiment magique ! Fushimi, Arashiyama/Sagano, Higashiyama et le centre ville sont vraiment des incontournables de Kyoto, les hauteurs de l’Est sont également vraiment sympa avec des petites randonnées et des vues époustouflantes ! Une journée autour du Lac Biwa est également vraiment cool pour changer d’atmosphère et se retrouver un peu tranquille. Les visites de Takao, Kibune, Kurama et Ohara ne sont pas indispensables mais permettent également de se changer les esprits et de se reconnecter avec la nature et la tranquillité de la campagne et montagne japonaise.

 

 

 

 

 

 

Marrakech

Souk – Koutoubia – tombeaux Saâdien – jardin de Majorelle

 

F E V R I E R 2 0 1 8

retour

crédits photos : 6WEEKSTOWAIT

6 weeks to wait

Casablanca

Mosquée Hassan 2 – Quartier des Houbous – Corniche

F E V R I E R 2 0 1 8

retour

crédits photos : 6WEEKSTOWAIT

6 weeks to wait

Vlog #1 – Toulouse

Amis du soir, bonsoir,

J’espère que vous allez bien en ce jeudi.

Bientôt le week-end… Quoi de prévu au programme ?

Suite à l’article de lundi sur le Toulouse City Guide, j’ai le plaisir de vous partager ma deuxième vidéo Sourire : un petit #vlog (notre séjour à Toulouse en images).



Alors, qu’en pensez-vous ?

Bon, ce n’est que la deuxième vidéo… C’est le début de tout ça, mais qu’est ce qu’on a ri avec mon Quentin. D’ailleurs un grand merci à lui pour les vidéos/photos ! ♥

Douce soirée,

#madewithlove

Alison ♥

IMG_6158

IMG_6137

Photo by Quentin