Rêve marocain: 4*le riad

Nous l'avons lu dans: (site Web original) ICI

Derrière les vieilles portes il y a des cours mystères, des patios fleuris avec des oiseaux à tête bleue, des bougainvilliers généreux, des palmiers verdoyants, des fontaines colorées…

Derrière les vieilles portes se cachent les riads, des maisons traditionnelles plus ou moins rénovées, particulière ou à destination des touristes.

Derrière chaque porte il y a la vie d’une famille, le passé de générations, la transmission et les traditions d’accueil au Maroc.

Derrière les portes, les riads sont les vieilles maisons délaissées souvent par les jeunes marocains qui préfèrent la nouvelle ville, le marbre et les grands espaces révélateurs de modernité.

Derrière les portes il y a le patio autour duquel s’organise la vie d’une maison familiale, au rez de chaussée les pièces à vivre, la cuisine, le salon, le patio qui apporte la lumière et l’air dans la maison.

Derrière les portes, il n’y a pas de porte, au premier étage l’escalier mène aux chambres, puis à l’étage sur les toits, c’était le coin des femmes.

Derrière les portes certains riad tombent en ruine et laissent sur la porte un panneau désespéré « à vendre » avec un 06, espérant qu’un touriste dans un coup de cœur achète ce patrimoine en décrépitude.

Derrière les portes entrouvertes peuvent en effet laisser voir des palais comme des bicoques en ruines. La restauration de certaines pose problème, surtout pour l’âne trop fatigué de porter les pierres et les gravas dans les ruelles étroites…

Entre deux portes, les voitures et les camions ne peuvent se glisser dans les rues étroites de la médina.  Les ânes, les vélos et les piétons peuvent tout juste se frôler dans certaines ruelles. Deux ou trois chats (selon le gabarit) mis en travers, prennent toute la largeur de la rue…

Entre deux chats, les propriétaires des médinas se déplacent à pied, en vélo ou en moto. Celui qui a une voiture doit trouver un emplacement surveillé à l’extérieur de la médina. On peut comprendre que le côté pratique pour les jeunes n’y est pas.  

Dans une ville en quête de modernité le passé derrière les portes ne doit pas les encombrer, les vieilles pierres ne doivent pas être trop lourdes dans le porte-monnaie, sinon autant les vendre même à un étranger !

 

 

Les commentaires sont fermés.