Comment j’ai créé (Par)courir Autrement

Nous l'avons lu dans: (site Web original) ICI

Il y a peu, je suis passée à l’étape supérieur dans la création d’un projet : j’ai déposé le nom de ma marque, et j’ai commencé à réfléchir à une vraie stratégie de communication. C’est un grand pas en avant, qui fait peur parfois, surtout quand, comme moi, tout a commencé un peu par hasard …

Aujourd’hui, je peux dire que j’ai une entreprise, mon entreprise, de runs culturels. Cette entreprise a un an d’expérience, et surtout elle a un nom officiel : (Par)courir Autrement ! Comment est-ce que j’en suis arrivée là ? Comment est-ce que j’ai eu l’idée ? Et quelles sont mes projets de développement ? J’ai décidé d’en partager plus avec vous, même si certains d’entre vous sont là depuis les débuts (et merci !)

La naissance de l’idée

J’ai eu l’idée de courir et concevoir des itinéraires sympa de 7 à 15 km environ dans les villes que je visitais en 2016. A l’époque, ça faisait un peu plus d’un an que j’étais sur Paris, et le week-end était un peu triste ; je ne connaissais pas grand monde (encore moins des gens aussi actifs que moi), et je n’avais pas d’argent à dépenser dans les sorties. J’avais ramené ma paire de basket, et je m’étais mise en tête de courir plus régulièrement… Mais après 3 tours du Canal Saint-Martin, j’ai commencé à me lasser un peu.

Puis j’ai eu l’idée d’aller courir ailleurs, dans les grands parcs de Paris, jusqu’à la Tour Eiffel … je me fixais des petits défis avec des objectifs de lieux que j’avais envie de voir. Je rentrais aussi du travail en courant et en changeant à chaque fois un peu de parcours.

Vous l’avez compris, je commençais à (par)courir Paris juste pour moi !

Les débuts sous le nom de Visit&Run

Lorsque fin 2016, je refuse un CDI faute de salaire convenable, je suis assez déçue. Professionnellement, je venais de faire deux années de sacrifices, et je rentrais chez mes parents une main devant, une main derrière … ou plutôt avec ma Twingo pleine de ma vie parisienne. Il me fallait un projet, faire quelque chose que j’aimais. Blogguer est devenue une évidence ! J’ai toujours aimé écrire depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. Quant au sujet du blog, au vu de ma préparation pour mon premier marathon et du trek en Ecosse que je préparais, le sport et le voyage était des sujets tout aussi évident.

Fin 2016, le blog www.visitandrun.com a donc ouvert, laissant place à des premiers articles un peu irréguliers et hasardeux. Mon compte Instagram a commencé au même moment, avec une totale découverte de cette facette des réseaux sociaux. Pour la première fois, je n’étais plus simple spectatrice, mais bien actrice dans ce monde-là.

L’évolution du blog et le début des runs culturels

Avec Instagram et le blog, j’ai fait énormément de rencontre. J’ai appris grâce à elles, j’ai fait mes propres essais et je me suis inscrite doucement dans le “système”. Puis, au détour d’une masterclass chez Côme Paris, j’ai rencontré Julie, en charge de la communication pour l’enseigne. Quand elle a entendu parlé de mon projet, elle m’a soumis une proposition que je n’osais même pas imaginer en rêve : animer mes propres runs culturels ! J’avais l’envie, mais la peur aussi, et sans Julie, je n’aurais jamais osé me lancer ! On a mis notre temps pour monter le projet, définir comment mettre en place ces événements … De mon côté, j’étais à nouveau au chômage. Après 9 mois chez AccorHotels, j’avais enfin compris ce que je voulais dans ma vie professionnelle. J’avais donc choisi de ne pas continuer ma mission au sein de cette grande entreprise qui me promettait pourtant un bel avenir, pour me lancer à mon compte. Une bonne chose, mais aussi beaucoup de peur, et j’attendais un déclic pour oser vraiment. Cette rencontre avec Julie s’est faite à point nommée !

11 mois de Visit&Run totalement dingue !

A partir de ce moment, tout s’est enchaîné très vite. J’ai fait un run culturel par mois, j’ai été en relation avec Adidas, New Balance, Kalenji, Altra, Bio c’ Bon, Gayaskin et pleins d’autres marques pour présenter leurs produits sur mes événements, et très vite, offrir une expérience de qualité aux participants. C’était une explosion de bonheur après chaque événement.

Mais avant, c’était souvent énormément d’angoisse avant : je guettais les inscriptions tous les jours, j’avais peur que ça ne plaise pas ou plus… j’avais beaucoup d’encouragements écrits ou oraux mais peu d’actions, y compris de certaines personnes que je considérais alors comme des amies. Moralement, m’occuper des événements et du blog à plein temps, c’était les montagnes russes. Pourtant c’est là aussi où j’ai le plus appris !

J’ai aussi eu quelques échecs, comme des organisations difficiles à Marseille (mis à part le run caritatif pour #WeAreTheOrca qui a d’ailleurs était un véritable bonheur à l’image de l’autre run caritatif pour Kynarou organisé à Paris !)

Entrepreneure aux multiples facettes

C’est simple, je faisais tout de A à Z ! La création graphique, les photos, la communication, la recherche et la gestion des partenariats, le back-office, la mise en ligne de la billetterie, la logistique en amont, en aval, et l’événement lui-même. C’était un événement par mois mais des semaines de travail … sans compter la création du parcours avec des heures de recherches, et un thème différent chaque mois. Un travail colossal donc, mais toujours fait avec passion, au rythme des joies et des déceptions.

J’ai tellement appris sur cette année à plein temps sur mon projet. J’ai tenté, j’ai raté, réussi, et surtout j’ai gagné en compétence ! Avec du recul, je suis fière de ce que j’ai réussi à faire

Les commentaires sont fermés.