#9 La Perle

Nous l'avons lu dans: (site Web original) ICI

Cette semaine, place à une nouvelle de Yukio Mishima : « la perle ». Je n’avais jamais lu de Mishima avant. Mon compagnon de voyage avait lu « Confessions d’un masque » et m’en avait parlé de manière élogieuse, faisant écho au commentaire d’une camarade de classe du lycée. C’est donc un roman que j’ai en tête depuis un moment et que je n’ai toujours pas lu… J’ai préféré commencer par des nouvelles pour mieux appréhender le style, car je dois avouer que je redoutais un peu le sulfureux Mishima ! Pourtant, j’ai completement été séduite par son style fin, raffiné et très précis. Même quand la scène peut déranger, on reste accroché à sa plume.
J’ai choisi la nouvelle « La Perle » parce que j’ai trouvé qu’en quelques pages, il décrivait à merveille des personnages féminins, sans oublier de les rendre complexes.
Lisez Mishima !

Premières lignes :

« Le 10 décembre était l’anniversaire de Mme Sasaki, mais comme elle voulait le célébrer le plus discrètement possible, elle n’avait invité chez elle pour prendre le thé que ses amies les plus proches. Se réunirent donc Mmes Yamamoto, Matsumura, Azuka et Kasuga – toutes avaient quarante trois ans, le même âge que leur hôtesse.
Ces dames faisaient partie pour ainsi dire d’une société secrète : Ne Pas Avouer Son Age, et l’on pouvait implicitement compter qu’elles n’iraient pas raconter combien il y aurait de bougies sur le gâteau. »

Citations :

« Désarçonnée par la brusque tournure des événements, Mme Matsumura ne prit pas le temps de se demander comment la perle s’était introduite dans son sac, mais se trouva immédiatement ligotée par le système de moralité qui était le sien : le scoutisme. »

« C’était-à-dire que pour prouver de façon positive qu’elle n’avait pas mangé la perle il était absolument nécessaire de la faire voir. Et donc si elle pouvait la montrer immédiatement à Mme Azuma, son innocence sur le plan gastronomique (sinon sur un autre plan) serait solidement établie. Mais si elle attendait au lendemain, même si elle n’arrivait à présenter la perle, interviendrait inévitablement le honteux soupçon dont il est presque impossible de parler. »

La Perle (nouvelle extraite de La mort en été) de Yukio Mishima (trad.de l’anglais par Dominique Aury) – éd. Folio

Les commentaires sont fermés.